Médiathèque

Vidéothèque: documentaires

Comment montrer le travail par l’image: voir notamment Images du travail, travail des Images, Dir. Jean-Paul Géhin et Hélène Stevens, 2012, PUR

AFRIQUES

2007. “Les hommes de la forêt 21” (Julien Samani) 52

MONDE OUVRIER FRANCOPHONE (France-Belgique)

« Sortie des Usines Lumière à Lyon », 1895, Louis Lumière:LLes ouvriers à la sortie de travail, puis endimanchés. Un des premiers documents filmés sur le monde ouvrier.

« Misère au Borinage » de Henri Storck, Belgique, 1929: Révolte ouvrière dans les corons du Borinage, près de Mons en Belgique. Un des jalons du film documentaire, et l’un des tous premiers films belges.

« Les enfants du Borinage, Lettre à Henri Storck » de Patric Jean, 1994:Retour au même endroit dans les années 1990

« Humain trop humain » de René Vautier et Louis Malle, 1974:DDocumentaire alternant séquences à l’usine Citroën de Rennes sur la chaîne de montage et la déshumanisation et séquences dans une foire automobile, sans bruit, propre, luxueux. Sans voix-off, brut.  https://www.youtube.com/watch?v=L8GYGToGWJY

« Se battre », de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana, 2014: Immersion dans le quotidien des gens de peu

« Les enfants du néant » de Michel Brault: https://www.youtube.com/watch?v=BGsjdumn8Jk

Travailleurs immigrés en France

 « Notre santé n’est pas à vendre », 1975:Grève à Grenoble en 1975 dans une industrie de tannage. Document exceptionnel où les immigrés prennent la parole sur leurs conditions de travail et récits de vie. Accessible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=ejiMI9M6iIk 

« Les Trois Cousins » de René Vautier, 1970:Fiction tragique sur les conditions de vie de trois cousins algériens à la recherche d’un travail en France. A reçu l’award pour le meilleur film pour les Droits de l’Homme à Strasbourg en 1970.

Archives en Ligne d’un média citoyen « Agence Imédia »:Sur la condition des immigrés dans les quartiers dans les années 1980. Accessible en ligne : https://www.youtube.com/channel/UC9lIHxfXlCBRsl_aRqshvAQ

Les groupes Medvedkine (Sochaux, Besançon)dans les années 1970, des cinéastes comme Chris Marker, René Vautier, Jean-Luc Godard, Bruno Muel, Yann Le Masson donnent la caméra aux ouvriers selon une approche participative pour qu’ils racontent le monde de leur point de vue, avec leurs mots et leurs images : https://www.youtube.com/watch?v=1a1qIF4WQEg

 « Merci Patron », de François Rufin, 2016:Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Le couple ouvrier est au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison.

« 1336. Des hauts, débats mais debouts ! » de Claude Hirsch, 2015: Combat des FRALIB de Gémenos, ces ouvriers de l’usine Lipton dans le Sud de la France qui, après 1336 jours d’occupation, gagnent leur combat et transforme l’entreprise en coopérative égalitaire.

« Comme des lions » de Françoise Davisse, 2016:Grève de l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois de 2011 à 2013. Accessible en ligne :  http://www.commedeslions-lefilm.com

Films de fiction sur les grèves ouvrières et le monde ouvrier

« Adalen 31 », de Bo Widerberg, Grand Prix à Cannes en 1931:Grève ouvrière en Suède à Adalen en 1931. Film naturaliste, grand film sur la condition ouvrière

« La classe ouvrière va au paradis », d’Elio Petri. Palme d’Or à Cannes en 1971:L’aliénation des ouvriers par le travail à la chaîne. Grand film avec un camé d’Ennio Morricone.

« Mimi métallo, blessé dans son honneur », de Lina Wertmüller avec Giancarlo Gianini, 1972:Comédie italienne sur le machisme dans le monde ouvrier sicilien, et le demi-engagement syndical.

« En Guerre », de Stéphane Brizé, 2018:Usine en grève et médiatisation d’un conflit social, avec Vincent Lindon en syndicaliste.  http://www.fipa.tv/program/la-parade-146049/ :

« La parade », de Medhi Ahoudig et Samuel Bollendorff, 2017:Documentaire sur l’imaginaire du nord à travers différents personnages vivant dans leurs passions héritées des traditions ouvrières du nord, loin de l’image sociale réductrice des classes ouvrières du Nord et des préjugés qui les accompagnent

« Noma », de Pablo Pinedo, 2016:Film sur Noma, une jeune travailleuse précaire en Afrique du Sud, vivant dans un ghetto, et qui rêve de construire sa propre maison.

Fictions

Baara de Souleymane Cissé (1977): itinéraire d’un jeune travailleur urbain, de l’informel à une usine, et jusqu’en France.

Photothèque

Afriques

Amériques

Walker Evans (1903-1975)est l’un des photographes américains les plus importants du 20e siècle. Ses photographies de l’Amérique en crise dans les années 1930, ses projets publiés dans le magazine Fortune dans les années 1940 et 1950 et son « style documentaire » ont influencé des générations de photographes et d’artistes. Par son attention aux détails du quotidien, à la banalité urbaine et aux gens de peu, il a largement contribué à définir la visibilité de la culture américaine du 20e siècle.

Dorothea Lange (1895-1965). À l’instar du célèbre roman de John Steinbeck paru en 1939, Les Raisins de la colère, l’œuvre de Dorothea Lange («Politiques du visible») a contribué à façonner notre vision de l’entre-deux guerres aux États-Unis et à affiner notre connaissance de cette période. Grâce à son approche anthropologique, Lange a enraciné la force de ces images dans les interactions de la photographe avec son sujet, ce qui se manifeste à l’évidence dans les légendes qu’elle rédige pour accompagner ses photographies. Lange a ainsi considérablement enrichi la qualité informative de ses archives visuelles, produisant une forme d’histoire orale destinée aux générations futures.

Europe

Robert Doisneau (1912-1994) a eu l’occasion de photographier les ouvriers au travail aux Usines Renault en 1947 ; ses photographies font écho à d’autres photographies du monde ouvrier, réalisées par d’autres photographes reconnus – Gérald Bloncourt par exemple – ou de photographies saisies à la sortie de l’usine : aux ouvriers montrés par Robert Doisneau répond, par exemple, l’ouvrier qui apparaît sur la couverture du livre que Martine Sonnet a consacré à son père, également ouvrier chez Renault. Tous arborent les mêmes tenues et tous ont un béret vissé sur la tête ! S’agirait-il donc d’images typiques sinon iconiques ou, plutôt, d’images que le décalage temporel fait apparaître comme telles ? Ou alors d’images qui témoignent, plus modestement, d’un état particulier de la classe ouvrière française, saisie dans ses attitudes au travail ou au moment de la sortie de l’usine ?

Sur les travaux photographiques de Gérard Bloncourt : Bloncourt & Lallaoui (2004), Les prolos, à travers le témoignage photographique de Gérald Bloncourt, Paris, Éd. Au nom de la mémoire.